Ce contenu est protégé par le droit d'auteur © JMarc Stamati photographe Avignon

Photographies panoramiques

2 octobre 2017 ,
Lisbonne photo couleur
photographe panoramique 360 Avignon Nimes

Photographies  panoramiques, c’est quoi au juste ?

Une photographie  panoramique est à la base une image au format allongé, disposant  d’un angle de champs très large. Étymologiquement, le nom provient du grec  et signifie « vue globale ou dans sa globalité « .
Sa longueur doit être au minimum deux à trois fois supérieure à sa hauteur, bien qu’il n’y ai pas de règle absolue.

Ce type de photographie existait en argentique, grâce à des appareils de prises de vue spécifiques comme le Fuji 6 x 17, l’Hasselblad Xpan ou la chambre Linhof Technorama.

Il est également possible de  créer de « faux » panoramas, la méthode consistant  à simplement recadrer une photographie afin de lui donner un format panoramique.  L’image exploitée étant réduite, cela implique une perte importante de qualité.

Maintenant, grâce à l’image numérique, il est possible de créer à l’aide d’appareils classiques, des images couvrant un angle de champs plus important, allant jusqu’à  360°. Offrant une véritable vision globale de ce qui nous entoure.

La principale méthode utilisée consiste à créer plusieurs photographies et à les assembler à l’aide d’un logiciel. L’on obtient ainsi soit un panorama classique, soit  un panorama circulaire couvrant un angle de 360°. Il est possible d’agrandir l’angle de vision dans le sens de la hauteur et de  montrer  le ciel et le sol en intégralité. Il s’agira alors de panoramas  en 360° dans le sens de la largeur  par 180° pour la hauteur, permettant une vision globale de la scène.
Le nombre d’images dépendra du choix de l’objectif et  du résultat souhaité : visite virtuelle sans la totalité du sol et du plafond, visite à 360° X 180° ou possibilité de zooming important.
Un fish-eyes permet de créer une image à 360° sur 180 en huit prises de vue, avec un grand angle on passe à une vingtaine. Et plus on augmente la focale et plus on multiplie le nombre de photos. Certains panoramiques utilisent des centaines d’images permettant de  zoomer  et de visualiser un détail précis de l’ensemble.

Les images panoramiques une fois crées doivent être transformées en projections géométriques.

Le choix de la projection dépendra du type de panoramiques et de son utilisation. Enfin une fois le panorama assemblé, si l’on souhaite une présentation en 360°. Il faudra pour  la visualiser, la transformer à l’aide d’un logiciel qui la convertira en fichiers exploitables par les différents navigateurs Internet.

On peut classer les panoramas en plusieurs catégories mais pour simplifier, j’ai divisé en trois types.

Le panorama rectilinéaire simple.

Assemblage rectilinéaire de plusieurs prises de vue.

 

Photographe panoramique Avignon

Ax les trois vallées

Il s’agit du panorama classique offrant un large angle de vision, (angle de champs), plus large.  Ce type de panorama est très proche de la photographie classique.
Assemblé de façon rectilinéaire à l’aide de plusieurs photographies en haute définition, ce type de panorama permet soit de créer de grands tirages (décoration d’entreprises par exemple). Soit pour une visualisation sur Internet, de créer une image dans laquelle le visiteur pourra zoomer  et se déplacer.
Ce type d’assemblage est intéressant en photographie de paysages comme en photographie d’architecture. Dans ce deuxième cas, il évite les déformations de perspectives des lignes verticales comme celles des bâtiments.

 

– Le panorama circulaire  360°x65°,  avec un angle réduit pour la hauteur,  en général de 65 à 100 °.

 

photographe parnorama et présentation virtuelle Avignon

Plateau de la Beille – Office de tourisme  d’Ariège.

 

 

 

Ici le panorama permet de visualiser la scène de façon circulaire, le paysage est visible  à  360° mais avec une hauteur normale, sans la vue du ciel et du sol, (le nadir et le zénith).
Toujours créé par l’assemblage de plusieurs photographies réalisées autour d’un axe. L’assemblage  géométrique se fait lui en courbe (cylindre, sphère, Mercator). Ce type de panoramique est visible grâce à un  logiciel  de visites virtuelles ou sur Internet.

Panorama également  intéressant pour des paysages et toutes images en 360° ne nécessitant pas la vue du sol et du ciel.

 

– Le panorama circulaire 360° X 180° ou panorama intégral .

 

PHOTOGRAPHE PANORAMA 360 VR AVIGNON

Exemple d’image assemblée géométriquement en courbe pour une visualisation à 360°.

 

 

Ce type de panorama est intéressant pour les visites virtuelles d’intérieurs. L’utilisation d’un angle de 180° en hauteur permet de visualiser le sol et le plafond, ( nadir et zénith) et nous plonge dans la réalité virtuelle.

La technique utilisée est la même que pour le panorama classique mais nécessites des prises de vue supplémentaires pour le nadir et le zénith. Puis vient l’assemblage géométrique des photographies , réalisé en courbe (sphérique). Et nécessitera pour la visualisation un lecteur spécifique (Internet, Flash etc.) .
En photographie d’intérieurs, appartements, maison et dans certains cas pour limiter le nombre de prises de vue, le photographe emploiera des objectifs de très courte focale type fish-eye ou super grand angle. Le travail est un peu plus compliqué, masquage de certaines zones de la prise de vue et correction des perspectives.
Ce type de panorama ne peut être imprimé, l’image présentant une déformation due à l’assemblage circulaire. Par contre il permet une visite virtuelle sur tous les angles de vue, y compris du sol au plafond.

 

Matériel nécessaire pour la réalisation de photographies panoramiques.

Photographies panoramiques

Nikon et tête panoramique Ninja

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Appareil de prises de vues.

Tous types d’appareils photos peuvent être utilisés. Certains appareils photos « grand public » comme les smartphones offrent un mode permettant la réalisation du panorama et l’assemblage automatique des images.
Il existe également pour la création de visites virtuelles, des appareils spécifiques comme le Ricoh Thêta ou des caméras 3D type Nikon ou Kodak. Le résultat est intéressant pour un usage familial, une présentation de style Google Street ou une présentation de visite immobilière réalisées directement par un agent immobilier. Mais il n’est pas satisfaisant pour un utilisation professionnelle qualitative ou tout au moins pour une présentation d’entreprise.

Si l’on souhaite réaliser des panoramiques de qualité, l’appareil de prise de vue de par son  capteur comme les objectifs influeront sur le rendu final.
Enfin un des critères indispensable pour une image à 360° est la possibilité de débrayer les automatismes de  l’appareil afin de l’utiliser en mode « manuel ».
Il faut absolument contrôler la mesure d’exposition image par image et ne pas laisser le boîtier s’auto-régler pour éviter les risques de différences d’expositions entre chaque image. Et dans une moindre mesure, désactiver la mise au point automatique.

Pour une photographie panoramique rectilinéaire, utilisant l’assemblage de trois à quatre photographies afin d’agrandir l’angle de champs. L’appareil peut être utilisé à main levée. Selon le sujet photographié, cela peut bien fonctionner : paysage ou sujet ne présentant pas de formes géométriques importantes.
Toutefois l’utilisation d’un trépied stable et d’une rotule (tête de trépied), autorisant la rotation de l’appareil photographique, facilitent grandement l’assemblage des images.
Pour l’utilisateur de compact ou de téléphone, il existe des monopodes facilitant la prise de vue.

Pour des panoramas nécessitant plus d’images, il faut absolument un trépied stable et une rotule panoramique. Pour  les panoramas à 360°:

Une rotule panoramique sphérique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple de tête panoramique sphérique, avec barrette coulissante permettant de déplacer l’appareil vers la pupille d’entrée de l’objectif.
Ce type de rotule permet  de positionner l’appareil photographique en mode « portrait ». De le faire tourner à 360° par paliers bien précis. Et surtout de placer l’appareil dans l’axe de la pupille d’entrée de l’objectif, improprement appelé : point nodal.

Il est indispensable pour réussir l’assemblage des images, de faire tourner l’appareil de prises de vue autour de cet axe idéal.
Habituellement la vis permettant de fixer l’appareil photo sur une rotule, se situe sous le boîtier. Cela permet une plus grande stabilité sur le trépied et ne pose aucun problème pour la réalisation de prises de vue classique.
Mais lorsque l’on fait  tourner le boîtier autour de cette axe, on change progressivement de point de vue et cela engendre un décalage entre les images, décalage appelé défaut de parallaxe.
Concrètement  certains objets en premier plan se déplacent par rapport à l’arrière plan. Créant  des erreurs de positionnements lors de l’assemblage des images.Cela provoque soit des zones de flou entre deux images lors de l’assemblage. Soit des décalages sur les lignes verticales ou horizontales.

 

 

Exemple ici  sur la ligne grise décalée comme sur le haut du passage piéton.

Le seul moyen d’éviter ce type de problèmes, consiste pour chaque objectif et pour chaque focale utilisée (si l’on utilise  un zoom), à déterminer la pupille d’entrée.
Une fois celle-ci trouvée, il faut positionner l’appareil sur la rotule panoramique, en faisant coïncider l’axe de rotation de la tête et la pupille d’entrée. Il devient alors possible de faire pivoter l’appareil photo à 360° sans décalage du point de vue.

Certaines rotules permettent la rotation à 360° horizontalement et une rotation verticale afin de photographier le ciel et le sol. Elles sont équipées en général de bulles de mise à niveau et parfois comme ici d’un repaire visuel facilitant le centrage de l’objectif.Il est évident qu’un trépied stable est recommandé, ce type de rotule et le placement du boîtier mettant souvent l’ensemble en porte-à-faux.

Pour info l’on trouve sur Internet des vidéos et des tutoriels expliquant comment déterminer la pupille d’entrée de l’objectif. Ce positionnement dépend de l’appareil photo et de chaque focale utilisée. Il faudra donc faire un test préalable en utilisant soit la méthode de la grille, soit la méthode des objets alignés pour déterminer une fois pour toute les positionnements de l’appareil sur le trépied.

 

Un logiciel d’assemblage des images.

Il existe plusieurs logiciels permettant de le faire, des outils gratuits comme des outils payants et professionnels.

Photoshop et sa fonction photomerge, bien entendu mais il ne permet pas l’assemblage de photos panoramiques sphériques complètes.
Hugin, logiciel open source donc gratuit qui est de bonne facture et très performant.
Autopano et Autopanopro Giga qui sont des logiciels professionnels et certainement le meilleurs outil actuellement disponible sur le marché. C’est l’outil que j’utilise et que je conseille vivement.

Autopano Giga de la société Kolor.  Site Web www.kolor.com

 

 

 

 

 

 

Un logiciel de visites virtuelles.

Il faut nécessairement un logiciel permettant de créer les fichiers au format Web pour la visualisation du panorama à 360°

Panotour de la société Kolor. Site Web www.kolor.com

 

 

 

 

 

Voir des exemples de présentations interactives  et de panoramiques

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site photographe Avignon , vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela. J.Marc Stamati photographe Avignon

Fermer